Gestionnaire de l’entretien aéronautique

La norme professionnelle pour le poste de gestionnaire de l’entretien aéronautique répond aux besoins de la direction actuelle dans le secteur de l’entretien aéronautique et de la transition du travailleur d'entretien au gestionnaire de l’entretien. Cette étape transitoire peut présenter différents visages selon les circonstances. Typiquement, les grandes sociétés ont de multiples niveaux de gestion, structurés au sein d’un cadre hiérarchique, alors que de plus petites entreprises disposent souvent d’un seul niveau de gestion. La norme a été établie selon une structure de trois niveaux de gestion, permettant au personnel d’avancer à partir de postes au niveau des travailleurs (p. ex. : technicien, mécanicien, TAE) jusqu’à des postes de gestionnaire au niveau d'entrée (p. ex. : chef d'équipe, superviseur, chef de cellule), ainsi qu’aux deux niveaux prochains, y compris les postes de chef de service et de directeur de l'entretien. Cette norme forme la base d’un nouveau système d’accréditation qui offre aux travailleurs et gestionnaires qualifiés dans le domaine l’occasion de faire reconnaître leurs compétences. De plus, il permet aux employés de tirer parti d’une équipe de gestion hautement compétente. Par surcroît, la désignation de trois niveaux d’accréditation pour couvrir un éventail de responsabilités assumées par des gestionnaires œuvrant dans divers milieux d'affaires, depuis une petite entreprise ayant un seul niveau de gestion jusqu’à une grande société multinationale avec multiples couches de gestion.

Tâches du gestionnaire de l’entretien aéronautique

La norme professionnelle couvre toutes les tâches exécutées par les gestionnaires de l’entretien aéronautique qui travaillent dans divers milieux de l’entretien, de la réparation d’entretien et de la révision des aéronefs. Nonobstant les connaissances et les compétences techniques, les responsabilités du gestionnaire de l’entretien aéronautique comprennent une aptitude à la communication, la supervision, l’établissement de l’ordre des priorités, la fixation des échéanciers, le développement et la mise en œuvre des projets, la budgétisation, l’allocation des ressources (humaines et matérielles), la surveillance et la direction.

Les gestionnaires de l’entretien aéronautique sont familiers avec les exigences techniques quotidiennes de leur installation et ils possèdent des connaissances approfondies des exigences de sécurité et des lois touchant la sécurité, ainsi que des règles et des règlements  s’appliquant à leur travail.

Exigences d’accréditation

Réparti en trois sections, le carnet personnel du gestionnaire de l’entretien aéronautique énumère les exigences d’accréditation pour les Niveaux I, II et III respectivement. Les candidats peuvent postuler l’accréditation au niveau approprié pour leurs milieux de travail et niveau d’expérience. Les candidats ne sont pas tenus de progresser du Niveau I jusqu’au Niveau III. Les tâches et les sous-tâches doivent être autorisées par un évaluateur approuvé par le CCAA, conformément aux procédures énoncées dans le carnet personnel.

Gestionnaire de l’entretien aéronautique : Niveau I

  • Réaliser un total de 40 sous-tâches, dont 31 sont obligatoires.
  • Exécuter un minimum de 9 sous-tâches additionnelles, l’accent étant mis sur les tâches qui sont recommandées.
  • Travailler pendant un minimum de trente (30) mois de travail dans un poste de gestionnaire au niveau d'entrée.

Gestionnaire de l’entretien aéronautique : Niveau II

  • Exécuter un minimum de 66 sous-tâches, dont 62 sont obligatoires.
  • Exécuter un minimum de 4 sous-tâches additionnelles, l’accent étant mis sur les tâches qui sont recommandées.
  • Présenter la preuve d’avoir acquis un minimum de quarante-huit (48) mois d’expérience dans un poste de gestion, dont au moins 24 de ces mois représentaient du travail au Niveau II.
  • ces mois représentaient du travail au Niveau II.

Gestionnaire de l’entretien aéronautique : Niveau III

  • Exécuter un minimum de 72 sous-tâches, dont 68 sont obligatoires.
  • Exécuter un minimum de 4 sous-tâches additionnelles, l’accent étant mis sur la réalisation d’autant de sous-tâches recommandées que possible.
  • L’ensemble de l’expérience qui comprend l’apprentissage sur le tas et l’élément éducatif doit représenter soixante-douze (72) mois avec un minimum de vingt-quatre (24) mois dans un poste au Niveau II.

NOTE IMPORTANTE : Dans les cas où le chef de l’exploitation ou le président de la société signe le carnet personnel du gestionnaire de l’entretien aéronautique, il faut remplir la « Fiche de renseignements sur l’évaluateur » (qui figure aux pages 2 à 5 du carnet personnel du candidat) afin d’assurer que le dossier d’accréditation du candidat est complet et vérifié. Les personnes approuvées par le Conseil pour agir à titre d’évaluateur reçoivent un exemplaire de la norme professionnelle pour leur métier, ainsi qu’un certificat et une carte pour portefeuille qui attestent leur statut d’évaluateur de gestionnaire de l’entretien aéronautique.

Tâches communes à la plupart des gestionnaires de l’entretien aéronautique

(NOTA : Les sous-tâches des tâches individuelles ne sont pas indiquées ci-dessous)

Bloc A — Sûreté et sécurité

Tâche 1 – Fournir un milieu de travail sain et sécuritaire

Tâche 2 – Gérer la sécurité

Tâche 3 – Gérer l’intervention d'urgence

Tâche 4 – Gérer les rapports et enquêtes sur les accidents et incidents